Diabète: 5 façons utiles de les prévenir et 5 signes à surveiller

Prédiabète

Le diabète en Suisse: voici les faits

Le diabète est une condition dans laquelle la glycémie d'une personne est plus élevée que la normale. La glycémie, également connue sous le nom de glucose, est la principale source d'énergie d'une personne et est obtenue à partir des aliments que nous mangeons. Une hormone fabriquée par le pancréas, appelée insuline, aide le glucose des aliments à pénétrer dans vos cellules afin qu'il puisse être utilisé comme énergie. Il existe deux types différents de diabète, de type I et II.

Diabète de type I

Le diabète de type I est le diabète le plus naturel, où le pancréas d'une personne produit peu ou pas d'insuline. Une personne est née avec ce type de diabète et il ne se développe pas en raison d'autres facteurs.

Diabète de type II

Le diabète de type II est également connu sous le nom de diabète de l'adulte et résulte de l'accumulation de sucre (glucose) dans le système d'une personne. Ce type de diabète se développe avec le temps et peut résulter de mauvaises habitudes alimentaires et de style de vie. Le diabète est une maladie grave et peut causer énormément de douleur et de souffrance s'il n'est pas traité correctement.

Diabète et Suisses

En Suisse, environ 1,7 million de personnes souffrent de diabète; 280 Suisses développent un diabète par jour, ce qui équivaut à une personne toutes les cinq minutes. Le diabète de type I est normalement diagnostiqué dans l'enfance ou l'adolescence, bien qu'il puisse également survenir plus tard dans la vie. Ceux qui reçoivent un diagnostic de diabète de type I doivent utiliser de l'insuline pour gérer leur glycémie et mener une vie normale. En 2017, environ 2742 personnes ont reçu un diagnostic de diabète de type I en Suisse. Environ 61% des personnes diagnostiquées avaient moins de 25 ans, ce qui n'est pas surprenant, car ce type de diabète survient surtout très jeune dans la vie. L'âge maximal des diagnostics était de 10 à 14 ans. Le diabète a été trouvé plus fréquemment chez les hommes que chez les femmes, mais était associé à des personnes de tous les niveaux socio-économiques.

Résistance à l'insuline

Des dizaines de milliers de personnes commencent à utiliser l'insuline chaque année pour gérer leur diabète. Des problèmes d'insuline peuvent également se développer chez une personne. La résistance à l'insuline est un problème grave. Ce problème augmente le risque de diabète de type II et d'autres problèmes de santé graves, comme une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral. La résistance à l'insuline commence à se produire lorsque les cellules de votre corps commencent à résister aux signaux de l'insuline. Le glucose est la principale source d'énergie du corps. Une fois que la résistance à l'insuline se développe, le corps d'une personne commencera à en faire de plus en plus. Cela devient très nocif pour le pancréas d'une personne, l'usure. Au fil du temps, cela se traduit par un diabète de type II.

Repérer les signes

Il existe de nombreux signes à surveiller pour détecter la résistance à l'insuline, tels qu'une taille large, une pression artérielle élevée, des triglycérides élevés, des plaques de peau foncée, etc. Le surpoids, manger plus que vous ne devriez, le tabagisme et le manque d'exercice peuvent tous contribuer à la résistance à l'insuline. Le choc insulinique est un deuxième problème lié à l'insuline qui peut se développer chez une personne. Avoir trop d'insuline signifie qu'il n'y a pas assez de glucose. Lorsque la glycémie d'une personne tombe trop bas, il ne reste plus de carburant pour que votre corps fonctionne. Une fois que cela se produit, il en résulte un choc insulinique et votre corps commence à s'arrêter.

Choc d'insuline

Il s'agit d'un autre problème grave attribué aux niveaux de glucose et d'insuline. Un choc insulinique peut survenir à cause d'une trop grande quantité d'insuline, de la consommation d'alcool, d'une mauvaise alimentation, de sauter des repas, etc. Un choc insulinique peut entraîner un coma ou la mort.

Surveillance du glucose

Les gens peuvent surveiller leur glycémie et leur diabète de plusieurs façons. L'autosurveillance de la glycémie est une façon dont les gens peuvent tester leur glycémie à l'aide d'un lecteur glycémique. Sur la base des chiffres sur le lecteur, cette personne peut changer son régime pour essayer d'aider ces chiffres. Des facteurs tels que l'alimentation, l'exercice, la prise d'insuline et la gestion du stress sont tous utiles pour la surveillance du diabète. Les personnes atteintes de diabète de type I et de type II peuvent ainsi surveiller leur glycémie. Si vous souffrez de diabète de type II, ce nombre peut être particulièrement crucial car il est possible de réduire vos chiffres et votre A1C, qui est la moyenne de votre glycémie au cours des derniers mois. Manger sainement et faire de l'exercice sont des facteurs importants pour aider à maintenir la glycémie constante et normale.

Diagnostic et traitement

Le diabète est une maladie grave qui peut être maintenue avec des soins médicaux appropriés, ainsi que des soins appropriés à vous-même. Avec des médicaments et de simples changements de style de vie, une personne peut vivre efficacement avec le diabète et même atténuer les effets indésirables de cette maladie. Il est possible de réduire les taux de glucose et d'A1C et de vivre une vie saine et normale.

8 Commentaires

  1. Tristan Laframboise
    | Permalien

    Le diabète est une maladie qui survient lorsque votre glycémie, également appelée glucose, est excessivement élevée. Les principales raisons de cette exploration sont d'évaluer le bien-être et l'adéquation d'un médicament d'investigation chez les jeunes et les jeunes. L'insuline est une hormone qui aide à se déplacer avec le sucre dans les téléphones de votre corps pour la vitalité, vos cellules ont besoin de vitalité pour à peu près toutes les occupations de votre corps, votre corps contrecarre l'insuline qu'il produit en fonctionnant correctement (connue sous le nom d'opposition à l'insuline). Votre corps peut produire de l'insuline mais pas suffisamment. Le diabète est une maladie qui survient lorsque votre glycémie, également appelée glycémie, est trop élevée. La glycémie est votre principale source d'énergie et provient de la nourriture que vous mangez. L'insuline, une hormone produite par le pancréas, aide le glucose des aliments à pénétrer dans vos cellules pour être utilisé comme énergie

  2. Hector Asselin
    | Permalien

    Le diabète est une maladie qui survient lorsque votre glycémie, également appelée glucose (glycémie élevée), est excessivement élevée. La glycémie est votre source de vitalité et provient de la nourriture que vous mangez. L'insuline, une hormone produite par le pancréas, permet au glucose de la nourriture d'entrer dans vos cellules pour être utilisé pour la vitalité. Le diabète de type 1 survient lorsque votre structure insusceptible, la structure du corps pour la maladie au bâton, attaque et oblitère les cellules bêta du pancréas qui délivrent l'insuline. Les chercheurs pensent que le diabète de type 1 est provoqué par des qualités et des éléments écologiques, par exemple, des infections, qui peuvent déclencher la maladie. Le type de diabète le plus largement reconnu est appelé diabète de type 2 ou diabète subordonné non insulinique. Environ 90% des personnes atteintes de diabète sont de type 2. Le diabète de type 2 est également appelé diabète débutant adulte, car il crée normalement après l'âge de 35 ans. Néanmoins, un nombre croissant d'individus plus jeunes créent actuellement un diabète de type 2.

  3. Pascal Boucher
    | Permalien

    Vivre avec le diabète peut être facile ou difficile. Si vous êtes quelqu'un qui ne se soucie pas des injections d'insuline, cela pourrait être relativement calme, mais si les aiguilles de haine sont diabétiques, c'est un cauchemar.

  4. Wilfrid Vannier
    | Permalien

    Travaillant sur la route, je prenais toujours la nourriture qui me convenait. Je n'ai jamais prêté beaucoup d'attention à la quantité de gras ou de sucre qu'il contenait, je voulais juste quelque chose qui me maintienne rassasié. Quand on m'a diagnostiqué un diabète, toute ma vie change. Étant têtu, je ne voulais pas changer mon alimentation. Finalement, j'ai commencé à remarquer que mon corps s'effondrait sur moi. Lentement, ma vision a commencé à empirer. Mes jambes enflaient. J'ai dû m'habituer à prendre des médicaments régulièrement et à renoncer à mes aliments préférés. J'ai eu du mal à renoncer aux petites joies de la vie: beignets, gâteaux, bonbons. J'en suis maintenant au point où je le gère, car je veux rester et ça ne vaut pas la peine d'être têtu. Votre santé est la chose la plus importante que vous ayez et vous devez la protéger.

  5. Theo Cochet
    | Permalien

    J'ai le diabète à mon 43e anniversaire et cela fait 4 ans. On m'a diagnostiqué un diabète de type 2 sans m'avertir et plus tard, j'avais du mal à réguler ma glycémie et je commençais à remarquer une augmentation de mes complications de santé dues à mon diabète. Mon visage était gonflé et enflé et j'étais visiblement en surpoids, puis je me dis que "je me suis mis dans ce pétrin. Je devais sortir" J'ai reçu une formation officielle sur la gestion de mon diabète de mon médecin qui m'a aidé à m'équiper avec les outils nécessaires mais cela a été lent au début jusqu'à ce que je commence à créer un changement dans ma vie.

  6. Jean-Michel Gueguen
    | Permalien

    Vivre avec le diabète signifie que vous devez toujours regarder ce que vous mangez et buvez. Les glucides que vous aimiez maintenant sont quelque chose que vous devez faire la première chose que vous regardez, puis faire un choix.Je pourrais avoir ce verre de coca, mais je ne pourrai plus manger un repas pour le "payer". Je vis selon la "règle" 45/45/75. Pas plus de 45 glucides pour le petit déjeuner et le déjeuner, puis j'en ai 75 à dépenser pour le dîner. Ce n'est pas une façon amusante de vivre le reste de votre vie.

  7. Adam Emmanuelli
    | Permalien

    J'ai été diagnostiqué à 27 ans avec un diabète de type 1. Avant, je mangeais beaucoup et je ne surveillais pas mon poids. J'ai gonflé jusqu'à 260 livres. Ce fut un énorme réveil pour moi. J'ai arrêté de boire du soda et j'ai bu de l'eau. Heureusement, j'avais une bonne assurance, donc ça ne me ruine pas financièrement. J'ai réduit mon poids à 190. Ça craint parce que personne d'autre n'a de diabétiques dans ma famille et c'est seulement moi qui m'a fait souffrir de cette maladie.

  8. Jean-Jacques Loze
    | Permalien

    J'ai 22 ans et j'étudie à l'Université depuis deux ans ici à Odense, au Danemark. J'espère obtenir un diplôme en économie. Quelque chose qui était utilisé semble être une certitude, se sent maintenant comme un objectif lointain. Récemment, on m'a dit que j'avais le diabète de type 1. Je lutte toujours avec la pensée «j'ai le diabète», le simple fait de le taper me fait me sentir un peu mal à l'aise. période, je me sentais fatigué et pauvre en énergie, mais je pensais que c'était juste à cause de la quantité d'études que je devais faire. Mes parents se sont inquiétés et m'ont envoyé voir un généraliste. Après quelques visites et tests, c'était là en noir et blanc. Je me sens déprimé depuis mon diagnostic. Mon médecin généraliste a dit que j'avais des tendances à la dépression, probablement à cause de ma maladie. Puisque tout cela est nouveau pour moi, je me bats avec beaucoup de choses que je faisais sans y mettre trop d'efforts. Comme manger chaque fois que j'en ai envie ou simplement manger ce que je voulais. Je suis aussi ce que certaines personnes pourraient appeler un «diabétique difficile», car ma glycémie est très souvent élevée et cela me donne l'impression d'avoir été renversé par un camion. Bien sûr, cela a eu un impact sur mes études. Je vis avec mon colocataire dans le dortoir des étudiants. Elle en apprend aussi plus sur ma maladie, surtout depuis que nous avons eu peur il n'y a pas si longtemps. J'ai failli me retrouver dans le coma, car mes amis ne savaient pas quoi faire et c'était en partie dû au fait que je m'habituais toujours à vivre avec ma maladie et que je luttais encore pour me souvenir de prendre mon injection d'insuline ET de manger. prenant mon insuline mais j'ai oublié de manger alors mon taux de sucre a baissé, et mon ami a vu que j'avais l'air étourdi et légèrement désorienté. Elle était sur le point de me donner de l'insuline et ce n'était pas du tout ce dont j'avais besoin. J'ai dit: "J'ai besoin de sucre!". Eh bien, je suis ici alors ils ont réussi à m'écouter.

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*
*